Thomas Lilti, Ken Loach – 2016

2016, une année difficile pour la sécu. Le docteur Lilti et le militant Loach placent leur caméra-vérité face au quotidien d’individus lambdas et leurs problèmes de santé. Social mais pas misérable, humain mais pas dramatique. On sourit avec tendresse grâce aux deux films distribués par Le Pacte, car comme le chantait Daniel Guichard en 1970, la tendresse « c’est refaire pour quelques instants un monde en bleu »... un bleu présent sur nos deux affiches.

Synopsis

Dans la campagne de France, l’excellent François Cluzet tombe malade, normal quand on passe son temps entouré de malades. La belle citadine Marianne Denicourt à son chevet en espérant lui carotter sa clientèle, mais en France tout est plus compliqué que prévu. Pendant ce temps-là dans l’Angleterre prolétarienne de Ken Loach, moi, Daniel Blake, se remet péniblement d’une attaque aux droits sociaux avec une mère célibataire et ses deux enfants.

L’affiche technique

Joli travail de contraste tout en douceur rendu possible grâce aux calques de réglages courbes/niveaux, balance des blancs et teinte/saturation. Pour obtenir ces différentes teintes sur Médecin de campagne, vous pouvez peindre sur un calque à part du orange, du bleu, du blanc, réduire l’opacité et utiliser le mode de fusion lumière tamisée. Veillez à bien éclairer le visage de vos acteurs avec densité +/- et le filtre flou de surface pour gommer les imperfections éventuelles. Pour la touche finale, importez une image de halo, passez-la en lumière tamisée et réduisez l’opacité.

Sur Daniel Blake, le mieux est d’isoler sur deux calques votre décor et vos acteurs, détourage à la plume délicat mais indispensable pour travailler sereinement. Saturez les palissades, peignez du blanc en contrebas pour le titre et le billing block, utilisez les courbes de niveaux pour faire ressortir les personnages, changez l’exposition, creusez les détails avec la densité +/- et utilisez très légèrement le flou de surface. Pour flouter les contours et les rendre plus réalistes, utilisez la goutte d’eau, un outil simple et rapide. Touche finale : la police d’écriture. Pour obtenir l’effet « signature » digne d’une feuille de soin, des polices déliées existent mais vous pouvez aussi l’écrire vous-même sur une feuille volante, scanner votre travail et l’importer dans Photoshop.

L’affiche artistique

Double Palme d’or pour Loach dont les films, pourtant, ne reflètent pas vraiment l’image véhiculée par la Croisette en été. Peu importe, l’homme est capable de filmer d’ambitieuses fresques historiques comme des drames sociaux à la limite de la dépression. La preuve, à dix ans d’intervalle, Ken le vétéran remporte deux fois la mise avec Le vent se lève et son Daniel Blake. Heureusement Photoshop est là pour apporter un peu de soleil dans le ciel britannique. Chez Loach deux types d’affiches possibles : le portrait de famille photographié « en pied » ce qui fragilise et humanise à la fois, ou au contraire le gros plan intimiste.

Avec nos deux affiches, on n’est pas loin d’une campagne Myriade en faveur du tiers-payant. Pour autant, on s’identifie aux acteurs qui marchent tranquillement vers nous, habillés comme nous et souriants comme nous. La tendresse on vous dit !

> pour en savoir plus sur les sorties Le Pacte cliquez ici