Gary Ross – 2016

Pleasantville, Big, Pur-Sang et Hunger Games… filmographie éclectique pour Gary Ross. Ce sosie de Burt Reynolds revient à la charge avec le sympatoche Free State of Jones et sa star en très gros plan Mathew McConaughey qui veut sauver les nations du sud dans le fin fond de son marécage. Le truc c’est que les singes de la planète y ont pensé avant.

Synopsis

Newton Knight, le vrai, a opposé une forte résistance aux Seigneurs corrompus et racistes du Mississippi en pleine guerre de sécession. Le texan McConaughey reprend le flambeau de la liberté devant la caméra d’un californien. Une histoire américaine ? Yes of course. D’autant plus que des singes génétiquement modifiés mettent en place un business plan destiné à nous envahir. Encore un coup de la Silicon Valley.

L’affiche technique

Les deux affiches ont recours à un effet de réalité augmentée conçu par le croque-mort polonais Andrejz Dragan. L’homme a notamment réalisé des clichés époustouflants de David Lynch et Mads Mikkelsen. Le rendu hyperréaliste n’est connu que de l’artiste seul, mais on peut s’en rapprocher en effectuant les manipulations suivantes (tuto visible ici) :

  • Créez un calque de réglages niveaux et rentrez 1,20 dans la valeur grise
  • Créez un calque de réglages courbes – contraste fort RVB
  • Avec shift+alt+cmd+E créez un calque fusionné
  • Désaturez-le (cmd+U) et -100 en saturation
  • Appliquez dessus un calque de réglages luminosité/contraste avec 20 en contraste
  • Enfin, réduisez son opacité à 49%
  • A nouveau, raccourci clavier shift+alt+cmd+E
  • Appliquez filtre – divers – passe-haut avec 5 en rayon
  • Changez le mode de fusion en incrustation
  • Raccourci shift+alt+cmd+E
  • Mode de fusion du nouveau calque densité linéaire + opacité 46%
  • Encore une fois faites shift+alt+cmd+E
  • Filtre – renforcement – accentuation : gain 15, rayon 2, seuil 1

Pour les yeux, vous pouvez accentuer les contrastes et reflets très simplement avec l’outil densité +/-

L’affiche artistique

« Ce qui marche pour les hommes marchent pour les singes » comme le disait à peu près Darwin entre deux tasses de thé. Mais ce que n’avait pas prévu le scientifique britannique c’est l’étonnante ressemblance entre nos deux affiches aux titres pourtant évocateurs : « un état libre sur une planète de singes ». Très gros plan sombre comme une nuit dans le bayou mais froid comme un hiver à Londres. Le principe est de s’enfoncer dans le regard du spectateur pour mieux le déstabiliser. Alors tu veux lutter pour ton indépendance ? Eh bien c’est par ici !