Jean-François Richet – 2016

Revoilà tonton Jeff après un petit moment d’égarement, ça arrive à tout le monde. Pour son Papa Sanglant distribué par SND, Jeff s’inscrit dans la lignée des Julien Leclercq, Florent Siri ou encore Julien Seri. Il apporte une nouvelle fois le preuve que les réa’ français peuvent faire du genre, remplir des salles et séduire les ricains sans pour autant leur lécher les pompes. Du coup leurs affiches s’en ressentent avec leurs filtres XXL et calques de réglages superposés.

Synopsis

Devant sa caméra pleine de poussière, Jean-François ressuscite le monstre Mel Gibson et sa barbe de hipster repenti. Après avoir sifflé sa dernière bière et rangé ses focales au placard, Mel le routard part en croisade contre un groupe de dealers afin de protéger sa fille d’un sort peu envieux. Et tout ça avec le marcel Bruce Willis bien sûr.

L’affiche technique

A gauche la belle affiche de Braqueurs signée Julien Lemoine de l’agence Rysk. Au centre l’imposante de Blood Father. Même effet de désintégration avec tampon de duplication et particules en incruste. Stature virile et torses de mannequin Mennen renforcés par de violentes courbes de niveaux. L’accumulation de textures peut vous aider à creuser vos contrastes et donner du caractère à l’image. N’hésitez pas à multiplier les calques et jouer avec les modes de fusion.

A droite, le Faucon Noir de Papy Ridley utilise en précurseur le calque de réglage dégradé vert-jaune en mode superposition. Texture sable et poussière en incruste, courbes d’ajustement et balance des couleurs.

Pour les polices d’écritures, privilégiez l’Impact, la Futura et les lignes claires, plus facile à lire quand on cumule les textures et l’effet « grunge ».

Les variantes

Blood-Father-French-Poster2

On sent la patte du génial Neil Kellerhouse, le designer fétiche de Fincher. Il lance une mode en 2010 avec son paragraphe en gros plan qui propose plusieurs niveaux de lecture. Le spectateur est obligé de lire et d’analyser l’image en même temps, même à l’heure de pointe à Châtelet. Du coup l’alternative de « Papa Sanglant » louche du côté du Social Network et de Premonitions avec cette légère opacité réduite et le regard insistant de l’acteur qui vous suit quelque soit l’endroit où vous vous trouvez. Un peu comme La Joconde dans le salon du Louvre. De là à dire que les graphistes d’aujourd’hui sont les peintres d’hier il n’y à qu’un pas.

> Plus d’infos sur les sorties SND ici

Publicités